Chargement Spectacles

Il n’y a pas lieu de craindre la vieillesse qui peut être impitoyable pour le corps. Dans le miroir des liens du porté acrobatique, un couple en observe les forces et les faiblesses. Dans les infinies variations du main-à-main, Elsa Bouchez et Philippe Droz se portent, se supportent, se poussent et se repoussent. Elle craint la vieillesse, lui temporise, car le corps s’adapte toujours à la réalité de la vie. Portées par une symphonie chorégraphiée en six mouvements, les figures se suivent dans une scénographie épurée qui se limite à un simple cadre blanc flottant dans le vide ou à des images vidéo projetées sur les corps.